73 Savoie

Fleche gauche rouge icon Fl sortie Fleche droite rouge icon

 

  • Beaufort

         

  • Saint-Nicolas la Chapelle

    L'église de Saint Nicolas-la-Chapelle, dédiée au saint du même nom, date du 18e siècle. Cet édifice baroque est remarquable par son clocher à double lanternon, son porche sculpté, ses fresques et son maître autel en baldaquin unique en Savoie. Au 12e siècle, des moines bénédictins auraient construit une chapelle dédiée à saint Nicolas, qui serait à l'origine de la première église de Saint-Nicolas-la-Chapelle érigée au 14e siècle. "Eglise-mère" de toutes celles du mandement de Flumet, elle est recontruite dans la seconde moitié du 18e siècle dans l'esprit de la Contre Réforme et de l'art baroque. Son mobilier, assez préservé des ravages de la Révolution, est augmenté au 19e siècle tandis que l'édifice s'orne d'un majestueux clocher et de fresques sous ses voûtes. Sa qualité architecturale et la richesse de son mobilier vaut à cette église d'être inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1989.  

  • Tamié

    Située sur le flanc Est du massif des Bauges, à 900m d'altitude, l'abbaye cistercienne de Notre-Dame de Tamié est témoin d'un longue histoire! L'abbaye a été fondée en 1132 par Saint Pierre de Tarentaise, un moine de Bonnevaux, en Dauphiné, qui devint par la suite archévêque de Moûtiers. Après l'âge d'or du XIIè siècle, l'abbaye connut des vicissitudes dues à l'enrichissement et à la commende. A la fin du XIIè siècle, Tamié fut la première abbaye cistercienne à adopter la réforme dite "Trappiste" ( "La Stricte Observance" ). Ce renouveau fut concrétisé par la construction du monastère actuel, dans lequel l'on peut reconnaître les exigences d'austérité que représentait cette réforme. Si la Révolution de 1789 a épargné les bâtiments, le monastère a néanmoins été obligé de fermer, et les moines de s'exiler. C'est en 1861 que des moines de la région de Besançon ont rouvert le monastère; c'est de cette époque que date la communauté actuelle. La communauté compte une trentaine de moines. La liturgie, ouverte à tous, est célébrée en français, mais le chant grégorien y garde encore une place.Les visiteurs peuvent visiter l'église de l'abbaye et assister à l'office. L'abbaye elle-même n'est pas ouverte aux visiteurs, car le tourisme nuirait à la vie monastique. Mais, juste après le parking, 300m avant le monastère, le Centre Saint Pierre de Tarentaise accueille le visiteur et offre: ​A proximité du parking se trouve le chalet Saint-Lambert, avec une salle "hors-sac" et, aux alentours, des lieux pour pique-niquer. Si vous désirez faire une halte de réflexion ou de prière, l'hôtellerie du monastère peut cous accueillir pour quelques jours (maximum une semaine) dans une ambiance de silence et de recueillement. Ecrivez au frère hôtelier en lui proposant vos dates de séjour. Il n'y a pas de retraites organisées mais, si vous le souhaitez, vous pouvez rencontrer un moine ou étudier à la bibliothèque. Le monastère est financé par le travail des moines qui fabriquent le célèbrissime fromage de Tamié. La vente de fromage assure l'autonomie de la communauté.